Agence web créative 44

Menu

Les 7 péchés capitaux du e-commerce par Samy Berkani

samy berkaniAujourd’hui, l’équipe Web Images Associées, vous propose de lire un nouvel article invité sur le e-commerce, écrit par Samy Berkani, professionnel du référencement et gérant de l’agence web Inside Créations.

Samy est également Responsable SEO chez  Inside Référencement et Responsable Webmarketing de plusieurs sites internet Le Tiroir à Collants, Les Deux Biches et Lady Coclico.

Se lancer dans le e-commerce sans connaître le secteur peut réserver de mauvaises surprises. Dans l’exercice de mon métier, j’ai relevé de nombreux péchés, parfois en cascade, dont la source est résumée dans cet article. Si vous connaissez d’autres péchés, les commentaires vous tendent les bras 🙂

Les sept péchés capitaux de la vente en ligne

1. L’attentisme

Ah, la vente en ligne, cet eldorado, cette ruée vers l’or que beaucoup pensent accessible, facile, rapide, peu coûteux … Tout le monde veut ramasser son petit caillou jaune, mais peu connaissent le chemin réel à parcourir avant de toucher un… SMIC !
Résultat ? De nombreux marchands mettent en ligne un catalogue e-commerce et attendent que ça se passe. Généralement, dans ce cas, rien ne se passe.

2. La non-pertinence

La pertinence est l’une des principales règles qui régissent le web, grâce (ou à cause) des moteurs de recherche. Pour être trouvé, il faut être au bon endroit (mot clé, page pertinente …) et au bon moment (événement, actualité …). Une stratégie de référencement a notamment pour objectif de rendre un site conforme à sa cible. Malheureusement, trop souvent, les marchands veulent apparaître sur des requêtes pour l’unique raison qu’elles génèrent un trafic important. Ils y investissent du temps et de l’argent, pour au final toucher une infime partie du trafic généré.

3. Le bling bling

Savez-vous qu’il est possible de se lancer dans la vente en ligne avec un petit budget ?
Cette question mérite forcément débat, mais c’est l’autre extrême qui nous intéresse ici. Certains entrepreneurs se lancent avec un budget disproportionné, investissant en masse dans la charte graphique, la boutique, les produits (malheureusement peu dans le référencement) … Puis tombent dans le premier des péchés capitaux : l’attentisme. Il est alors difficile de redresser la situation qui impose un chiffre d’affaires élevé en très peu de temps. Jouer toutes ses cartes à la fois entraîne des risques.

La mesure dans l’investissement est requise lorsqu’on ne s’appelle pas Amazon !

4. L’impatience

Pour la majorité des boutiques e-commerce, une grande partie des ventes est réalisée grâce aux moteurs de recherche, Google en tête. Et comme vous le savez peut-être, être présent sur Google de façon assez importante pour assurer la pérennité d’une activité prend du temps. 6 mois, 1 an … Selon l’activité, le niveau de concurrence et le travail accompli. Faire preuve d’impatience, c’est risquer de faire des bêtises, voir pire, de fermer boutique pensant s’être trompé et que l’activité ne démarrera jamais.
Pour pouvoir se permettra cela, il est important de ne pas plomber ses comptes dès le départ en tombant de le troisième péché capital : Le Bling Bling !

5. L’impopularité

La notion de popularité sur Internet est assez spécifique et différente du commerce traditionnel. On y intègre la notion de référencement. D’ailleurs, les référenceurs parlent de popularité web uniquement en termes de backlinks. Un aspect assez technique que les commerçants ne maîtrisent pas forcément. Or, une boutique impopulaire a très peu de chances de continuer à exister. Pour y remédier, deux solutions sont possibles :

  •  Apprendre le référencement (difficile d’être à la fois commerçant et technicien)
  • Faire appel aux services d’un référenceur ou d’une agence de référencement (et là, il faut disposer d’un budget à y consacrer).

6. La pauvreté

Ne me jetez pas de pierre, attendez de comprendre !

Il est évident que je ne parle pas de pauvreté financière, mais de pauvreté de contenu. Une boutique ne doit pas paraître « vide ». Quel que soit le nombre de références dont elle dispose, étudier l’ergonomie, proposer des contenus rédactionnels utiles, de belles images, permettent de « meubler ».

Oui, il est possible (selon mon expérience) de démarrer une activité e-commerce avec un petit budget. Mais il faut savoir donner aux internautes autre chose qu’un bouton « ajouter au panier ». Il faut également savoir réinvestir assez rapidement son bénéfice pour élargir son catalogue.

7. Le mensonge

Mentir, ce n’est pas bien (oui papa). On peut être tenté de mentir pour mieux vendre. Et on peut mieux vendre en mentant. Mais aussi petit soit-il, le mensonge peut revenir comme un boomerang qu’on appelle : le retour produit. Et le retour produit coûte cher, pour le temps qu’on y consacre, en frais de port … Il est donc plus efficace de faire preuve d’honnêteté sur la réalité de ses produits, et ce aussi bien dans la description du produit que dans sa photo.

Voilà, vous savez maintenant comment éviter les coups de fouet. Chacun de ces péchés est à étudier en profondeur. S’il s’agit d’un résumé, le e-commerce est beaucoup plus complexe qu’il en parait !

18 Commentaires

  • Xavier@Figurine /4 décembre 2012 at 10 h 13 min

    Hello Samy! Très bon article, très réaliste et bien écrit! Effectivement lors d’une création de site, on va passer par toutes les humeurs, pour ma part l’impatience et le ROI sont les sentiments les + difficiles à accepter…(encore plus pour les débuts d’un site!) A+ Xavier

    Répondre
  • Philippe /4 décembre 2012 at 10 h 21 min

    Excellent article sur le ecommerce qui nécessite aujourd’hui une réelle réflexion stratégique et une mise en oeuvre opérationnelle performante : branding, identité visuelle et ergonomie, marketing, référencement naturel et payant, logistique, gestion des stocks… Au risque de ne pas passer les 12 premiers mois… Car tout miser sur une belle boutique sans penser trafic/visibilité équivaut à ouvrir un commerce en plein désert !

    Répondre
  • Taoufik@Vision eCommerce /4 décembre 2012 at 13 h 18 min

    J’aime votre approche ! Elle résume vraiment les raisons pour lesquelles des projets eCommerce échouent, les fameux projets “morts-nés”.

    Répondre
  • Sianat /4 décembre 2012 at 16 h 12 min

    Excellent résumé! J’ajouterai que pour assurer dans l’e-commerce il faut avant tout être un bon commerçant et un bon entrepreneur.

    Répondre
  • Arthur@Urologie Lyon /4 décembre 2012 at 17 h 56 min

    Ne pas oublier les réseaux sociaux, de communiquer, d’essayer de faire du buzz, organiser des petits concours sur Internet, c’est quelque chose qui donne de bons retours en général 🙂

    Répondre
  • François /5 décembre 2012 at 9 h 51 min

    Pour ce qui est du Bling Bling, je dirais tout de même que le ticket d’entrée a bien augmenté. Même pour les marchés de niche. Les attentes du consommateur sont plus fortes aujourd’hui qu’hier en matière d’ergo et de graphisme, ils savent de mieux en mieux faire jouer la concurrence, et surtout, il y a de moins en moins de niche de marché qui n’ont pas été exploitées….

    Répondre
  • Stéphane@B2F Concept /5 décembre 2012 at 10 h 55 min

    J’aime surtout le passage sur l’attentisme… Pas toujours évident d’expliquer que la mise en ligne d’un site n’est pas une fin en soi, c’est justement un début. De la patience oui, mais pas d’attentisme. Analyse, test, optimisation, vérification etc

    Répondre
  • Les 7 péchés capitaux du e-commerce par Samy Berkani - Webia Blog | Bulles d'Ecommerce | Scoop.it /5 décembre 2012 at 11 h 26 min

    […] Article e-commerce, écrit par Samy Berkani, professionnel du référencement et e-commerçant, pour le blog référencement et e-commerce de Web Images Associées…  […]

    Répondre
  • Les 7 péchés capitaux du e-commerce par Samy Berkani - Webia Blog | Référencement & rédaction web | Scoop.it /6 décembre 2012 at 9 h 14 min

    […] Article e-commerce, écrit par Samy Berkani, professionnel du référencement et e-commerçant, pour le blog référencement et e-commerce de Web Images Associées…  […]

    Répondre
  • Dave@lingeri /6 décembre 2012 at 19 h 55 min

    L’attentisme rejoint un peu l’impatience. Quand tu n’es pas au fait que google prend son temps pour référencer ton site et qu’en plus tu ne fait rien pour l’aider, tu commence par être attentiste et rapidement du deviens impatient. Résultat ? Un concurrent de moins 😉

    Répondre
  • Caroline @ hd-streaming.com /8 décembre 2012 at 20 h 28 min

    Une des règles les plus importes est probablement avoir un offre cohérente. Espérer vivre d’un site trop niché par exemple qui dans tous les cas n’a pas plus de 500 clients potentiel en France.

    Répondre
  • Marie /11 décembre 2012 at 9 h 26 min

    Bonjour Samy,
    Je découvre votre site. Votre article est vraiment intéressant. C’est vrai qu’on tombe très facilement dans tous ces travers en mettant de côté l’essentiel !
    Article à lire régulièrement pour se remettre les idées en place 🙂

    Répondre
  • Paul GUILLEMIN /11 décembre 2012 at 10 h 15 min

    Souvent quand un futur client ITIS Commerce nous pose la question “ça va marcher ?” Nous répondons “dans commerce sur internet” le mot le plus important c’est “Commerce”
    Internet n’est que le support.
    Et parmi les réussites que nous avons la chance d’accompagner ce sont toujours de vrais commerçants derrière !
    Bravo pour cet article
    Paul

    Répondre
  • Les 7 péchés capitaux du e-commerce par Samy Berkani - Webia Blog | Guide Webmarketing | Scoop.it /12 décembre 2012 at 12 h 29 min

    […] Article e-commerce, écrit par Samy Berkani, professionnel du référencement et e-commerçant, pour le blog référencement et e-commerce de Web Images Associées  […]

    Répondre
  • epiltout /12 décembre 2012 at 20 h 05 min

    Très bon article
    Effectivement pour un nouveau e commerçant c’est pas facile de commencer, surtout que pratiquement il y pas plus de niches et la concurrence est rude.
    Un nouveau qui débarque surtout si il n’a pas le budget nécessaire est chose pas facile du tout
    Marc

    Répondre
  • Les 7 péchés capitaux du e-commerce par Samy Berkani - Webia Blog | Sites et E-commerce | Scoop.it /13 décembre 2012 at 18 h 27 min

    […] Article e-commerce, écrit par Samy Berkani, professionnel du référencement et e-commerçant, pour le blog référencement et e-commerce de Web Images Associées  […]

    Répondre
  • Monica@Animation Commerciale et Artistique /19 décembre 2012 at 0 h 32 min

    Si l’on conçoit le web-marketing comme une partie de pêche miraculeuse, alors oui les péchés capitaux seront les seuls appâts pour faire bouger sa boutique en ligne comme une vieille barcasse bien pourrave.
    C’est vrai, on aura toujours quelque chose à vendre sur son site web: s’il ne s”agit pas d’écrans plats ou de paires de pompes, il sera plus question de concepts, de news ou de notoriété. Alors si son e-talent se résume à sortir son chéquier ou à faire des articles de 3 mots, les 7 péchés sauront sublimer vos défauts jusqu’au dépôt de bilan, toujours en grande… pompe.
    Dans ce cas, plutôt que les 7 péchés, il vaudra mieux choisir ses 7 mercenaires, une équipe SEO qui saura vous vendre pour votre plus grand bénef les fondamentaux de l’e-business à base de: optimisation in page, ranking de keywords, linkbaiting, couche sociale, audit, design et, at last (7) but not least, ergonomie…

    Répondre
  • Les 7 péchés capitaux du e-commerce par Samy Berkani - Webia Blog | e-commerce - vers le shopping web 3.0 | Scoop.it /19 décembre 2012 at 2 h 50 min

    […] Article e-commerce, écrit par Samy Berkani, professionnel du référencement et e-commerçant, pour le blog référencement et e-commerce de Web Images Associées  […]

    Répondre

Laissez un commentaire