Agence web créative 44

Menu

Interview de Marie-Eve Doriath, rédactrice web

L’équipe Web Images Associées vous propose aujourd’hui la lecture de cette belle interview ! Marie-Eve Doriath est rédactrice web chez Redactio. Elle nous parle de la stratégie de contenu et nous explique quelques règles de rédaction web. Bonne lecture !

marie eve doriathPeux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore?

Je m’appelle Marie-Eve Doriath, je vis en Alsace depuis 10 ans, où j’ai eu mon Bac, fait mes études supérieures et obtenu mon premier emploi (et trouvé mon mari, ma maison, et tout ça :).

Tu es diplômée RRW, à Mulhouse. Comment ça s’est passé ton année ? Qu’en penses-tu de cette formation ? Que as-tu aimé ou détesté le plus pendant ton année d’études ?

L’année s’est très bien passée, car l’ambiance était bonne, et j’apprenais un métier concret. On parlait de Google, Facebook, optimisation de sites Internet, relation client : quel contraste avec mes études littéraires ! J’ai aimé la formule « apprentissage ». Je n’ai rien détesté, ou alors les pires souvenirs ont disparu pour laisser place aux meilleurs. 🙂 Non sérieusement, pas de regrets ni de problèmes particuliers.

Tu es rédactrice web chez Redactio : peux-tu nous en dire plus sur ton poste, tes tâches ?

Rédactrice web était ma fonction « de base », mais en fait le métier est plus complet que cela. 😉

Je suis maintenant chef de projet. Je reçois des demandes, je prends contact avec les personnes, je propose une offre qui correspond au besoin et je gère le projet. Concrètement : conception d’arborescence de site et de charte éditoriale, recherche de mots-clés, structuration et rédaction de pages de contenus (tous types), optimisation de contenus, conseils, planification de contenus, suivi de référencement…

Il y a un côté journalistique quand il faut chercher des informations, mener des interviews ; un côté communicatif / créatif quand il faut trouver des solutions et mettre en page des contenus ; un côté technique quand on optimise différents aspects des sites… Donc mes tâches sont variées !

C’est quoi « une stratégie de contenu » sur internet ?

redaction webÉlaborer une « stratégie » amène à réfléchir sur les objectifs et la mise en œuvre d’un contenu. C’est nécessaire pour avoir un plan de communication cohérent. Pour construire un plan de site, hiérarchiser les informations dans une page, lancer un blog d’entreprise ou organiser sa refonte de site, il faut employer une stratégie adéquate. C’est-à-dire définir la ligne éditoriale, les mots-clés, le fond et la forme de ce qui va être mis en place…

Dans le cas d’une prestation d’animation éditoriale sur un blog ou sur les réseaux sociaux, on planifie aussi la publication de contenus dans la durée, cela fait partie de la stratégie.

L’aspect stratégique peut être assez difficile à appréhender pour un client, car c’est vaste. Mais c’est essentiel ! Si on fait les choses au hasard, il arrivera toujours un moment où on devra revenir en arrière et se poser des questions stratégiques.

Quelques astuces et conseils pour ceux qui rédigent eux-mêmes (tant bien que mal) leur contenu sur Internet ?

Simplifiez votre propos, et expliquez clairement les choses : vous savez parfaitement ce que vous voulez dire, mais les internautes ne sont pas dans votre tête ! Organisez et structurez votre texte pour qu’on puisse facilement repérer les différents points que vous évoquez.

Ceux qui manquent de temps, qui ne se sentent pas capable, ou qui souhaitent bénéficier de la compétence de professionnels pour leurs contenus ont meilleur temps de faire appel à un spécialiste, bien sûr. 🙂

Quelles règles de rédaction web utilises-tu dans ton métier ? Quel est selon toi le critère le plus important pour un bon contenu ?

La règle number one est de s’adresser à son lecteur. Mais il y a beaucoup de critères pour qualifier un bon contenu : une structure logique, un rédactionnel fluide et concis, des informations concrètes… J’ai du mal à isoler LE critère le plus important, car je suis en pleine correction de contrôles (j’interviens en licence RRW maintenant ;)), et à chaque fois qu’un critère manque, quel qu’il soit, le contenu n’est pas parfait… S’adresser au lecteur est déterminant (et ça implique plusieurs choses), mais ça ne suffit pas pour avoir un bon contenu si le texte n’est pas bien aéré, ou si les phrases sont trop compliquées à lire ! 🙂

Quels enjeux de la rédaction web peux-tu citer ?

Quand on gère son site Internet, ce n’est pas pour le garder pour soi, c’est pour qu’il ait un impact auprès des internautes. Le contenu du site a donc plusieurs enjeux : accessibilité, visibilité, « call to action »… On peut répondre à la question de plusieurs manières différentes. (cf Mon article sur les enjeux de rédaction web) 🙂 )

Et je reviens sur une question assez souvent posée : quelle longueur pour un bon article web ?

Je pense que c’est une fausse question. Ce n’est pas le nombre de copies doubles qui comptent pour réussir une dissertation de philo : c’est le fond du message, l’argumentation et le plan. Tu te souviens ? 🙂 De même, la qualité d’un article web ne se « mesure » pas en nombre de lignes.

Donc un contenu ne sera pas « mauvais » parce qu’il est trop court ou trop long, mais parce qu’il n’est pas assez précis et complet, pas assez structuré, pas assez synthétique… Qu’il fasse 200 ou 5000 signes, si le lecteur est intéressé, et si le texte est bien rédigé, il le lira et ce sera un bon article web.

Photo sur Photo-Libre

10 Commentaires

  • Interview de Marie-Eve Doriath, rédactrice web - Webia Blog | Référencement & e-marketing ! | Scoop.it /18 février 2013 at 10 h 47 min

    […]   […]

    Répondre
  • Interview de Marie-Eve Doriath, rédactrice web - Webia Blog | Référencement & rédaction web | Scoop.it /18 février 2013 at 10 h 50 min

    […]   […]

    Répondre
  • lereferenceur@blog référencement naturel /18 février 2013 at 11 h 12 min

    Bonjour Marie Eve, tu as été prof à Mulhouse, combien de temps après être diplômé ? Et ca fait combien de temps que tu es prof à Mulhouse ?
    Comment on se sent quand on passe de l’autre côté ? Pas trop de stress 🙂 ?

    Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il n’y pas de règles sur la longueur d’un article. Quand on achète un livre, on ne l’achète pas par rapport à son nombre de page. (Quoi que. Si je veux me former sur Adwords et que j’ai le choix entre un livre de 400 pages et un autre de 100 pages, celui de 400 pages contiendra surement plus d’infos et je me pencherai plus vers celui là)

    Répondre
    • Marie-Eve /18 février 2013 at 14 h 24 min

      @le_referenceur

      On m’a proposé d’intervenir en licence pro après un an de métier à temps plein. Ca fait 2 ans. C’est sympathique de passer de l’autre côté ! J’aime bien apprendre des choses aux étudiants de la même façon que je souhaiterais les apprendre si j’étais à leur place. Et surtout : cela permet de se remettre en question dans la façon de travailler, et de toujours être à jour ! 🙂

      Oui, pas bête pour le livre. Le nombre de pages ou de signes peut donner une indication sur le volume d’informations traités. Et encore, ce n’est qu’un indicatif…

      @Eric

      D’accord avec ton analyse. 😉

      Je ne sais pas si quand tu parles d’ »articles », tu parles essentiellement d’articles de blog, mais la qualité du contenu est également indispensable sur les pages internes des sites. Ces pages peuvent rester en ligne pendant un moment, et doivent apporter une réponse claire à l’internaute, qu’il soit venu pour lire attentivement ou juste pour trouver une information !

      Répondre
      • Mariana /10 mars 2013 at 1 h 58 min

        Non je ne suis pas référenceur de métier mais c’est vrai que j’ai appris énormément par moi-méme avant d’intégrer la licence, et c’est le cas de pas mal d’étudiants (cette anneé en tout cas), beaucoup ont déjà des connaissances. Mais beaucoup d’autres non pas d’acquis, c’est assez hétéroclite finalement.Je ne suis pas fan du dictat très franco-français de la toute puissance du diplôme, mais quand le métier de référenceur sera un peu plus démocratisé, le diplôme sera toujours un plus. Personnellement, j’ai choisi de faire cette licence principalement pour acquérir une méthodologie, mais aussi pour voir d’autres aspects vers lesquels je ne me serais pas naturellement penché (comme l’e-reputation ou le référencement payant).Je te conseille d’aller jeter un oeil au pour te faire une opinion par toi-même, et de revenir régulièrement par ici voir ce que j’en dis

        Répondre
  • Eric@Video Encoding /18 février 2013 at 12 h 00 min

    Rien à dire, le parcours de Marie-Eve est top et très sincèrement on la sent bien dans ses baskets (ou ses talons ^^). Comme elle le dit très justement, je pense qu’un article doit être simple et agréable à lire. Il doit receler des idées profondes mais claires. On dit bien “ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement” !

    Souvent les articles sont mal construits, décousus et conduisent le lecteur à décrocher et donc à quitter le site. On sous-estime trop souvent l’importance d’un article. Ou pire on sous-estime l’objectivité et le niveau intellectuel du lecteur. On pense que celui-ci va lire tout et n’importe quoi sans discernement. C’est faux. A la différence d’autres activités média qui peuvent entraîner la passivité (la TV par exemple…quand on voit la qualité de certains programmes…), la lecture nécessite concentration et application. Par conséquent le lecteur va consacrer du temps à la lecture, il ne faut donc pas le décevoir et produire un contenu de qualité !

    Répondre
    • Marie-Eve /18 février 2013 at 15 h 26 min

      D’accord avec ton analyse. 😉

      Je ne sais pas si quand tu parles d'”articles”, tu parles essentiellement d’articles de blog, mais la qualité du contenu est également indispensable sur les pages internes des sites. Ces pages peuvent rester en ligne pendant un moment, et doivent apporter une réponse claire à l’internaute, qu’il soit venu pour lire attentivement ou juste pour trouver une information !

      Répondre
  • Simon /10 mars 2013 at 3 h 19 min

    Interview intéressante, cependant il ne faut pas trop rêver, même avec le meilleur contenu du monde, aucun site ne décollera dans google sans backlinks!Surtout dans des secteurs concurrentiels ou des petites niches, le linkbaiting sera quasi-impossible Cela dit les rédacteurs servent également au niveau de la rédaction de descriptions de votre site pour les annuaires, j’en compte une cinquantaine en France de qualité et qui filtrent le contenu dupliqué, dont le mien qui démarre mais qui demande 1000 caractères minimum, alors pour les plus indigents (malins?) il y a textbroker. xD

    Répondre
  • Maksud /10 mars 2013 at 6 h 12 min

    Je ne pense pas qu’on puisse la passer en candidat libre puisqu’il n’y a pas d’examen, cela marche en contrôle continu. Par contre j’ai cru comprendre que Le Juge (le muscle référencement, Julien) la passe à distance en VAE, il doit donc y avoir possibilité de faire autrement Pense aussi à mettre l’URL de ton site quand tu prévois de mettre une ancre parce que du coup cela fait pas sérieux En plus je crois bien que c’est pas la première fois que cela t’arrive

    Répondre
  • agence de redaction web madagascar /25 février 2014 at 9 h 30 min

    Bonne interview ! Sinon, il est parfois très difficile de se mettre dans la tête des lecteurs. Alors il faut creuser profond et être très curieux!

    Répondre

Laissez un commentaire